Végétarisme et végétalisme, quelle différence?


Dans le monde des réfractaires à la viande, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on trouve des variantes! De ceux qui se contentent - par goût généralement - d'éliminer la viande rouge à ceux qui suppriment - par idéologie, souvent - toute trace de produits carnés et animaux de leur alimentation, il y a un gouffre sur le plan nutritionnel.

Généralement on appelle régime végétalien celui qui exclut tout produit animal, et régime végétarien ...
tous les autres!
Cette distinction faite, la grande majorité des personnes qui se disent végétariennes sont en fait des personnes qui ne consomment pas de viande, mais mettent au menu poisson, fruits de mer, oeufs et laitages. Une partie, assez large
sans être majoritaire quand même, exclut également le poisson, voire les fruits de mer, mais conserve les oeufs et  les laitages.

Pourquoi exclure la viande? Dans la grande majorité des cas, c'est tout simplement par goût ou parce que  l'image de l'animal mort est difficile à supporter. Beaucoup de femmes, car c'est un régime plutôt féminin, peu attirées par la viande l'ont peu à peu remplacée au profit du poisson notamment. Même si la démarche n'est pas à proprement parler une « démarche minceur », l'assiette se trouve de fait allégée.

La viande, un produit gras?

Si l'on met de côté les volailles grillées ou le jambon blanc qui sont bien pourvus en protéines et peu en graisses, la
viande reste un aliment riche en lipides, et donc peu adaptée à un régime amaigrissant. Une côte de boeuf, ce sont
260 calories aux 100 grammes, une côte de porc, 360 calories aux 100 grammes, et un gigot d'agneau affiche 260 calories aux 100 grammes. Sans parler des modes de cuisson! Car on mange rarement la viande crue.

Cuite à l'huile dans la poêle, braisée au beurre, mijotée dans la sauce ... La viande devient alors très calorique, et surtout très grasse. Mais finalement ce n'est pas là que l'on peut faire le plus d'économies de calories.

Car qui dit régime végétarien dit exit les charcuteries, là où les teneurs en lipides atteignent des sommets! Du lard
fumé par exemple, ce sont 680 calories aux 100 grammes, des rillettes, près de 400 calories aux 100 grammes et le
salami, aux alentours de 550 calories aux 100 grammes.

Mais c'est surtout leur teneur en lipides qui fait froid dans le dos: de 30 à 40%! À titre d'exemple, quand vous avalez 100 grammes de saucisson (une dizaine de rondelles) vous ingurgitez 30 grammes de pure graisse. Les personnes
qui consomment beaucoup de viande et de charcuteries ont ainsi une alimentation beaucoup plus riche en graisses et en sel que les végétariens. Une différence qui peut se voir rapidement sur la silhouette.

Des bénéfices indéniables

Moins de cholestérol, moins de problèmes cardio-vasculaires ... de nombreuses études menées sur le sujet ont démontré les bénéfices santé du régime végétarien. Dans la même veine, des études précises, menées sur des populations spécifiques (certaines communautés religieuses par exemple) ayant adopté le régime végétarien, ont mis en évidence un IMC (indice de masse corporelle) moindre chez les adeptes du végétarisme.

En d'autres mots, les végétariens sont plus minces que les carnivores. Meilleur pour la santé et la ligne, le régime végétarien semble être la bonne option à tous les niveaux car il correspond à un rééquilibrage global de l'alimentation. Il faut intégrer le régime dans son ensemble: plus de fruits et de légumes et moins de graisses. Au quotidien, cela veut dire aussi privilégier au maximum les produits frais et limiter les produits industriels bourrés de sucre, de sel et de graisses cachées.

Car le régime végétarien pour être efficace doit être composé de produits diététiquement corrects. Ce qui suppose un minimum d'efforts en cuisine et quelques contraintes lorsque l'on mange à l'extérieur.

Une démarche globale

Les modes de cuisson, aussi, doivent être en adéquation avec cette façon de s'alimenter: les légumes seront en priorité cuits à la vapeur ou bouillis. La proportion de légumes crus et cuits devra être de 1/3 de légumes crus contre 2/3 de légumes cuits, pour préserver les intestins. Les poissons, lorsqu'ils sont consommés, seront préparés en papillotes, au court-bouillon ou grillés. Les fruits seront consommés frais et nature autant que possible.

Ainsi suivi, le régime végétarien est indéniablement un outil pour perdre du poids, ou du moins, garder la ligne. Mais attention aux excès inverses... Ne sombrez pas non plus dans la chasse à la graisse et aux produits carnés. Pour pouvoir être suivi sur le long terme, un régime alimentaire doit être un gage de bonne santé. N'oubliez pas que la viande a aussi des atouts.

En vous privant de viande, vous vous privez d'un aliment riche en protéines et en fer notamment deux éléments indispensables à notre organisme. Veillez donc à faire le complément avec des protéines végétales et des aliments riches en fer. Le plus simple pour y parvenir est d'associer des légumes et des céréales les (semoule et pois chiches, maïs et haricots rouges ...). Les légumineuses, le soja, les noix, le tofu peuvent être pris dans des proportions  supérieures pour pallier les carences éventuelles.

Oubliez le pain blanc et les produits raffinés: pain complet farine complète, pâtes et riz complets doivent être utilisés en priorité. Ajoutez un peu de protéines végétales à tous vos plats. Riz et lentilles, noix et salade, tofu et légumes
... des réflexes faciles à acquérir qui laissent libre cours à la créativité de chacune.

Enfin ne faites pas l'impasse sur les produits laitiers, indispensables à l'équilibre alimentaire. Enfin,pas tous les produits laitiers! Les fromages et crèmes ne doivent être au menu que très occasionnellement car ils sont très riches en lipides, alors que yaourts et lait demi-écrémé doivent être favorisés.

Ensuivant ces recommandations, le régime végétarien est un véritable atout santé et minceur. Une façon de  s'alimenter plus qu'un régime d'ailleurs et qui sera tout naturellement poursuivi tout au long de la vie.
Néanmoins, en cas de changement radical d'alimentation, laissez le temps à votre corps de s'adapter: passer
d'une alimentation totalement anarchique, riche en graisse et en viande à un régime végétarien stricto sensu peut
entraîner quelques désagréments.

N'hésitez pas à augmenter votre ration de céréales complètes en cas de transit perturbé et croquez de l'acérola ou
de la vitamine C en cas de fatigue. Si vous manquez de fer, pensez à associer au cours d'un même repas des aliments riches en fer (des lentilles par exemple) à de la vitamine C (une orange pressée): vous permettrez à votre organisme de mieux fixer le fer.